onestla.tech/

Ce texte est une contribution de signataires de l'appel, mais ne reflète pas forcément la vision de l'ensemble des signataires du texte initial.

Appel à la grève du Mardi 17 décembre 2019

Longtemps le gouvernement a décrédibilisé le mouvement de grève contre la réforme des retraites, le jugeant absurde dans la mesure où rien n'avait été présenté. C'est maintenant chose faite. Ce mouvement a forcé Edouard Philippe à dévoiler son jeu plus tôt que prévu.

Finalement, tout ce qui avait fuité dans les médias et sur les réseaux sociaux s'est réalisé :

  • la réforme concerne tout le monde, contrairement à ce que tentait de faire croire la propagande pro-gouvernementale
  • la durée de cotisation pour toucher une retraite à taux plein est poussée à 64 ans, ce qui correspond exactement à l’espérance de vie en bonne santé : bonne nouvelle, vous aurez du temps libre pour être malades. D'autre part, 60,2% des plus de 55 ans sont en situation de chômage à longue durée, à quoi bon allonger la période de travail si c'est pour rester au chômage ?
  • la valeur du point n'est pas fixée mais pourrait être inscrite dans la loi et pourra donc être modifiée au gré des gouvernements
  • la réforme universelle est tellement juste et bénéfique que certains régimes (spéciaux ?) garderont un départ avant l'âge légal : policiers, militaires, douaniers, pompiers… Les conditions de danger de ces métiers servaient à justifier une telle exception, mais depuis Christophe Castaner a assuré à certains d'entre eux, même s'ils ne sont pas exposés directement au danger, qu'ils partiraient avec les même conditions
  • la retraite tiendra compte de l'ensemble des revenus de la carrière plutôt que les 6 derniers mois pour les fonctionnaires et les 25 meilleures années pour les salariés du privé : il est donc impossible que les pensions ne baissent pas
  • le minimum de pension de retraite est fixé à 1 000 € net par mois pour une personne ayant touché en continu un SMIC durant toute sa vie. C'est peut-être une avancée pour certains mais est-ce réellement suffisant de se contenter du seuil de pauvreté ? Et qu'en est-il de toutes les personnes qui, comme beaucoup de nos agriculteurs, n'ont même pas ce niveau de revenus ?

Pour faire avaler la pilule et diviser le mouvement, le gouvernement tente d'amadouer ceux qui sont nés avant 1975 en leur promettant qu'ils ne seront pas concernés par cette réforme. Il mise une fois de plus sur l'individualisme. Sans doute s'imagine-t-il que des parents sont prêts à sauver leur retraite en la troquant contre celles de leurs enfants. Êtes-vous prêt à ce sacrifice ? C'est pourtant ce qui se passera si nous ne nous mobilisons pas. Contrairement à ce que le gouvernement laisse croire, il existe d'autres alternatives, d'autres financements et des modèles plus vertueux que le rouleau compresseur qu'il tente de mettre en place.

Trop longtemps, les acteurs du numérique opposés au gouvernement se sont tûs. Trop longtemps, ils ont été assimilés à la StartUp Nation, mais l'appel OnEstLa.tech a prouvé le contraire. En quelques jours plus d'un millier de signatures a été recueilli. Nous avons un rôle à jouer et notre ambition se doit d'être plus grande que ce que le Président et son gouvernement destinent à notre société. La première étape reste cependant de bloquer cette réforme. Le mouvement de grève en cours doit mettre un coup d'arrêt à des politiques toujours plus répressives et inéquitables. Ils misent sur l'individualité, la division. Opposons-leur notre solidarité. Mobilisons-nous ! Soutenons le mouvement ! Participons à la grève, aux manifestations et donnez aux caisses de grève et aux caisses de solidarité pour les victimes de la répression ou trouvez d'autres moyens de soutenir le mouvement.

Ensemble, pour le retrait de la réforme des retraites, rejoignons les cortèges sous la bannière OnEstLa.tech aux manifestations du 17 décembre !